×
Titre_semences_noir_17301_worklogo
Visuel_semences_17302_workbig

Une plongée dans l'univers des semences, enjeu de pouvoir et de contre-pouvoir entre les multinationales et l'agriculture paysanne.

Scénario : Renaud de Heyn
Dessin : Renaud de Heyn

Témoignages - Documentaires
1 volume paru
histoires indépendantes

La presse en parle ...

 
 

L’alimentation figure en bonne position parmi les problématiques clés de notre société actuelle. De tout temps, le monde agricole a sélectionné ses semences pour améliorer sa production mais, depuis quelques décennies, des variétés sans cesse plus sophistiquées sont créées au service d'un productivisme effréné. Les technologies mécaniques, chimiques, biologiques ou génétiques, alliées à l'industrialisation, à la course perpétuelle au rendement nous ont conduit à un désastre environnemental, alimentaire et sanitaire.

Sans même parler des fameux OGM, dont l'usage reste heureusement strictement encadré en Europe, l'agriculture intensive, la surexploitation des terres, l’usage de semences dites « hybrides » ont rendu l'agriculture dépendante de produits nocifs pour l’ensemble du vivant.

Face à cette agriculture dominante, de petits agriculteurs développent, à l’échelle nationale et européenne, une alternative autour des semences anciennes. Mais le combat pour faire valoir leur droit à l'utilisation de semences non issues de laboratoires industriels est rude. En effet, la législation – et les critères de validation pour faire entrer les semences au « Catalogue officiel » – favorisent les produits industriels, et les agriculteurs agroécologiques ont été contraints d’opérer en toute illégalité durant des décennies.

Avec « Semences », Renaud De Heyn nous invite à découvrir les coulisses d’un secteur au sein duquel les intérêts privés l’emportent trop souvent sur la préservation de l’environnement et la santé publique...

Liste des éditions

Semences sous influences

Semences sous influences

06 avr. 2022
80 pages - 19.0 x 26,5 cm - Couleur
EAN 9782849534267
16,00 €


Interview_defaultbody



Renaud de Heyn, on ne t’attendait pas sur une BD documentaire et sur un tel sujet… Alors pourquoi cette BD ?

Je me suis intéressé à la problématique des semences il y a une dizaine d'années, alors que la législation semencière européenne allait être revue. J'avais terminé La Route du kif, mon premier reportage pour la revue XXI et, au même moment, je participais à la création d'un potager collectif avec des voisins bruxellois. Je trouvais incroyable que certaines variétés en train de disparaître ne puissent tout simplement pas être cultivées parce que leurs semences étaient interdites à la vente, mais je me rendais compte aussi à quel point le sujet des semences était complexe et peu connu. Après mes deux autres reportages pour XXI, le sujet continuait de m'intéresser, restait d'actualité et possédait largement assez de matière pour faire un album qui participe à la prise de conscience du rôle que joue l'agriculture industrielle dans le désastre climatique et environnemental en cours.

Pages-de-Semences-HD-BaB-21-01-2022_Page_3_RVB_defaultbody

En écrivant cette BD, quel était ton objectif ?

Mon objectif était de parler de celles et ceux qui cherchent des solutions aux problèmes environnementaux agricoles et de dénoncer les obstacles qu'ils rencontrent. Des agriculteurs, des scientifiques, des juristes, des semenciers artisanaux et des associations citoyennes sont parvenues à changer les choses, après des décennies de luttes, malgré la complexité de l'Europe, malgré nos systèmes démocratiques gangrénés par la course au profit, par le lobbying, la défense des intérêts des grandes sociétés et le pouvoir disproportionné de l'argent. C'est une lutte sans fin. Mais malgré tout cela, ils sont arrivés à ouvrir d'autres possibles.

Une partie du scénario est très journalistique… As-tu réalisé toi-même les interviews ?

La meilleure manière selon moi de comprendre les enjeux pour pouvoir les expliquer à son tour, c'est d'aller chercher les infos à leur source, de faire l'enquête soi-même et de rencontrer les premiers intéressés. C'est une partie passionnante du boulot, mais qui demande de la prudence et du temps. Apprendre et étudier un sujet pour le rendre accessible, douter, vérifier, recouper les infos, comprendre les tenants et les aboutissants, tout cela prend un temps fou... Mais c'est aussi un documentaire d'auteur, avec sa dimension poétique et onirique, où je traduis mon point de vue.

Pages-de-Semences-HD-BaB-21-01-2022-2_RVB_defaultbody

Les personnes que tu as rencontrées ont-elles demandé à voir ce que tu faisais de leurs déclarations ? Quelle est leur attitude par rapport à la parution d’une BD sur le sujet ?

Personne ne m'a demandé de vérifier ce que je faisais de leurs propos. Ils me donnent leur point de vue, celui-ci participe à l'élaboration de mon opinion et je contextualise. Si j'estime qu'ils se trompent, ou qu'ils m'embobinent, libre à moi de le démontrer, du moment que je ne trahis pas le sens de leurs paroles. C'est une question d'éthique et d'honnêteté intellectuelle. J'essaie avant tout de comprendre les enjeux, de me forger une opinion à partir d'avis éclairés de professionnels. En général, les personnes rencontrées sont plutôt amusées par l'idée d'une BD documentaire. La BD reste pour beaucoup de monde un truc rigolo, mais tout le monde comprend aussi le potentiel pédagogique de ce média.

ScanSemences-BaB-4emeB_RVB_defaultbody