Gueule d'amour

Delphine Priet Mahéo & Aurélien Ducoudray

cartonnée
Auteurs :
Delphine Priet Mahéo (Dessin)
Aurélien Ducoudray (Scénario)
Date :
04 mai 2012
Format :
112 pages - Noir et blanc
19.0 x 26,5 cm
ISBN :
9782849531433
Prix :
19,00 €

Gueule d'amour

Delphine Priet Mahéo & Aurélien Ducoudray

L’après-guerre vue par les yeux d’une « gueule cassée » qui tente tant bien que mal de revivre après le traumatisme de sa mutilation.

1918, la guerre a fait plus de 1 375 800 morts et disparus, et 10 à 15 000 mutilés de la face. Les « gueules cassées », comme on les appellera.

Insensible aux médailles qu’on lui propose, notre héros découvre, jour après jour, les réalités de sa nouvelle « condition ». Mi-homme, mi-curiosité, il tente de survivre à la violence du regard d’autrui. En particulier celui des femmes (dont la sienne), qui préfèrent lui tourner le dos en toutes circonstances…

Si les compagnies un peu trop compatissantes ou la visite de bordels spécialisés permettent de réguler certains besoins physiques, les besoins de l’âme, eux, ont bien du mal à trouver satisfaction…

Un beau jour, il rencontre Sembene, un colosse d’origine Africaine. Une drôle de « gueule », lui aussi, avec ses dents taillées en pointe. Entre les 2 compères, c’est un partage d’expériences en tous genres qui démarre…

Un travail de fiction remarquable mené par Aurélien Ducoudray, par ailleurs journaliste spécialisé dans les documentaires et mis en scène par une jeune autrice de dessins animés.

Un récit poignant sur des êtres hors normes, meurtris dans leur chair pour leur pays et pourtant soumis à la violence du regard de leurs compatriotes. Des « broyés » de la guerre qui ont gardé la vie, mais pour vivre un nouveau cauchemar.

Une plongée sans concession dans le douloureux processus d’acceptation du handicap facial par les gueules cassées, mais aussi dans les dérives d’une société partagée entre curiosité, compassion et dégoût.

Dans la même série

Gueule d'amour

Presse

Casemate

Bec de canard, mâchoire de serpent, trou à viande... des noms peu flatteurs pour les gueules cassées, ces 15 à 20 000 mutilés du visage en 14-18. En plus d'avoir donné leur face à la France, ils sont moqués par les uns, boudés par les putes, fuis par leur femme. Certains se suicideront. Bel hommage à ces héros pas comme les autres.

L'Avenir

C’est dur, respire le vécu, mais jamais baigné de pathos inutile, Ducoudray adoptant un ton volontiers badin, bourré d’une dérision qui aère un récit élégamment mis en image par les crayonnés de Delphine Priet Mahéo. Magnifique. (Michaël Degré)

Canal BD Magazine

Un splendide travail graphique pour une fable très originale dépassant de loin le simple récit historique sur un sujet difficile.

Guerres & Histoire #8

L'enfer des tranchées en avait fait des Gueules Cassées. Comment évoquer cette réalité dans une BD sans jouer avec l'horreur ou tomber dans une fascination morbide ? (...) Les auteurs ont choisi des moyens poétiques, parfois à la limite du fantastique, pour raconter le quotidien mental de cet homme.

Le Monde

Habilement construit, ce récit d'Aurélien Ducoudray tient à la fois du document et du plaidoyer. Le dessin au critérium de Delphine Priet-Mahéo (dont c'est la première BD) laisse percer la vraie couleur de la guerre : le gris. (Frédéric Potet)