×
Photo de Gaétan Nocq

Gaétan Nocq ( scénariste, dessinateur )

Biographie :

Né en 1968 dans le Finistère, Gaétan monte à Paris pour poursuivre des études supérieures en arts (ESAA Duperré puis ENS Cachan). Agrégé d’Arts plastiques, il enseigne le design graphique à l’Ensaama, Olivier de Serres à Paris.
Décidé à se confronter au réel, il se lance dans la réalisation de carnets de voyage et de reportage en France et à travers le monde, de la banlieue parisienne à la forêt d’Angkor en passant par les bazars de Peshawar, d’Addis Abeba ou de Sanaa... C’est cette approche du dessin sur le vif, dans l’inconfort ou l’urgence qui lui a per-mis de construire une « écriture » du mouvement et de la couleur. Par le carnet, il s’engage dans une démarche de l’immersion : aller à la rencontre, développer la richesse du rapport humain et s’enfoncer dans le paysage pour sentir la nature avec la couleur. Il a longtemps fait partie du collectif Les Carnettistes tribulants avec lequel il a produit de nombreux reportages et carnets alternatifs.
Son travail de carnet a par ailleurs alimenté son travail en atelier, dans lequel il produit des séries de dessins et peintures de paysage à perte de vue (les mers, les montagnes).
En 2014, grâce au musée de l’Histoire de l’Immigration, il fait la rencontre d’Alexandre Tikhomiroff. La lecture de ses deux récits de témoignage, (Une caserne au Soleil ainsi que La tasse de thé, éditions l’Harmattan) lui donne des envies de roman graphique.
Il adapte d’abord le témoignage d’Alexandre sur sa vie d’appelé en Algérie (Soleil brûlant en Algérie), puis le témoignage de son père officier de l’armée blanche, pris dans l’engrenage de la guerre civile russe et de son parcours de réfugié jusqu’en France (Capitaine Tikhomiroff). C’est toute la sensibilité du témoignage à l’échelle humaine qui intéresse Gaétan Nocq. Deux récits humains qui côtoient l’Histoire en s’inscrivant dans un contexte de guerre au XXe siècle. Chaque récit est une expérience plastique au service de la narration. Avec Soleil brûlant en Algérie, il avait pris le parti du contraste noir blanc pour rendre compte de cette lumière de l’Afrique du nord en travaillant avec une mine graphite très grasse. Avec Capitaine Tikhomiroff, il aborde le jeu de la couleur, avec une progression du désaturé (gris chaud-gris froid) au saturé (fond rouge pur), pour mieux appuyer les différentes tensions du récit.
Gaétan Nocq s’engage actuellement sur un nouveau roman graphique. Il poursuit la veine du témoignage humain dans un contexte de guerre, avec l’adaptation du Rapport Pilecki.

Albums parus chez La Boîte à Bulles :

Capitaine Tikhomiroff